Quelle prévoyance pour un dentiste ?

Demandez des devis

Par

Clément Janicot

CEO de Gus Assurance

Publié le

4/4/2023

Besoin d'une assurance adaptée à vos besoins ?

Étude personnalisée gratuite

En savoir plus sur Gus Assurance

La protection sociale des dentistes est largement insuffisante, rendant ainsi la souscription à une prévoyance pour les dentistes essentielle. Voir notre page pour demander un devis pour une prévoyance dentiste.

Quelle protection sociale pour les dentistes ?

Les dentistes cotisent à la CARCDSF pour tout ce qui concerne la prévoyance (cotisation forfaitaire de 1 160€ par an). Ce régime apporte une protection en cas d’invalidité, de décès ou d’arrêt de travail de plus de 90 jours. La CPAM apporte quant à elle une protection pour les arrêts de travail de moins de 90 jours, les frais de santé ainsi que le congé maternité et paternité.

Protection en cas d’arrêt de travail

En cas d’incapacité de travail le dentiste bénéficie à partir du 4éme jour d’arrêt d’une indemnité égale à 1/730éme du revenu annuel (RAAM) moyen (des 3 dernières années) dans la limite de 180,8€ bruts par jour. Chiffre de 2023 qui évolue chaque année. Indemnité versée par la CPAM.

La durée maximale d’indemnisation est de 87 jours consécutifs et de 360 jours sur une période de 3 ans.

La source est ici.

Si la durée d’incapacité est supérieure à 90 jours consécutifs, la CARCDSF verse au dentiste une indemnité de 105€ brut par jour (3139€ par mois) pendant une durée maximale de 3 ans. La source est ici

Avec un revenu annuel de 80 000€, le dentiste percevra 110€ par jour à partir du 4éme jour d’arrêt de travail puis 105€ à partir du 91éme jour d’arrêt. Le dentiste subira donc une perte de salaire de plus de 50%

Protection en cas d’invalidité

En cas d’incapacité professionnelle totale et permanente le dentiste est protégé par le versement d’une rente annuelle de 28 000€ majorée de 8 000€ par enfant.

Protection en cas de décès du dentiste (chiffres 2023)

En cas de décès la famille du dentiste est protégée de la manière suivante. La source est ici.

  • versement d’un capital de l’Assurance Maladie de 10 389€ (uniquement si vous êtes conventionné)
  • versement d’un capital de la CARCDSF de 18 295€
  • allocation annuelle au conjoint survivant jusqu’à ses 65 ans de 19 465€
  • allocation annuelle aux orphelins (jusqu’à 18 ans ou 25 ans en cas d’études) de 13 172€ par enfant.

Le congé maternité des dentistes

Les dentistes peuvent bénéficier des aides suivantes au bout de 10 mois d’affiliation (à la date prévue de l’accouchement) sous réserve de cesser toute activité professionnelle pendant la période de perception et au moins pendant 8 semaines dont 6 après l’accouchement.

  • une allocation forfaitaire au repos maternel dont le montant est de 3 666€ en 2023
  • d’indemnités journalières pour chaque jour de cessation d’activité. Le montant de l’indemnité est de 1/730 le revenu annuel moyen des 3 dernières années avec une limite de 60€ par jour en 2023.

Le congé paternité des dentistes

Le dentiste peut bénéficier d’une indemnité à l’occasion de la naissance d’un enfant s’il interrompt totalement son activité.

L’indemnité est d’un montant maximum de 56€ par jour et elle est versée pendant 25 jours consécutifs. Pour connaître le montant exact de l’indemnité il faut contacter directement l’assurance Maladie.

Gus est un courtier expert des assurances prévoyance qui distribue les meilleurs contrats du marché

📖 Les articles, validés par des spécialistes, proviennent de sources fiables et sûres

💡 Nous nous efforçons d'êtres clairs et transparents en évitant le jargon

🎥 Dés que possible, nous tournons des vidéos pour compléter nos articles

Pourquoi un dentiste devrait-il souscrire une assurance prévoyance ?

La protection sociale du dentiste est très largement insuffisante pour protéger financièrement sa famille en cas d’aléas de la vie.

Souscrire à une assurance prévoyance est essentiel pour les dentistes afin de maintenir l'activité du cabinet en cas d'incapacité de travail et de protéger le dentiste et sa famille en cas de décès ou d'invalidité. Les contrats d'assurance prévoyance sont modulables pour s'adapter aux besoins spécifiques de chaque dentiste.

Les principales garanties d’une prévoyance pour un dentiste

Maintien de revenus : En cas d'arrêt de travail, des indemnités journalières sont versées pour compléter celles de la Sécurité Sociale et de la CARCDSF, permettant ainsi de conserver l'intégralité des revenus.

Invalidité : Si un dentiste devient partiellement invalide, une rente est versée jusqu'à sa retraite. C'est crucial car la CARCDSF ne couvre pas l'invalidité partielle.

Capital décès : Si un dentiste décède prématurément, un capital est versé à sa famille. Le montant peut être ajusté selon vos besoins.

Assurance frais généraux : En cas d'arrêt de travail du dentiste, la CPAM et la CARCDSF ne versent pas d'indemnités à sa structure professionnelle. L'assurance frais généraux de la prévoyance est nécessaire pour couvrir les charges fixes comme les loyers, les coûts de fonctionnement et les charges sociales.

Le maintien de salaire

La garantie de maintien de salaire préserve vos revenus en cas d'incapacité temporaire à exercer, se basant sur votre BNC de l'année antérieure. Cette garantie vient en complément des indemnités de la Sécurité Sociale et de la CARCDSF. Ces indemnités sont prévues pour une durée de 3 ans, après laquelle la garantie en cas d'invalidité prend le relais.

Il est essentiel d'actualiser votre contrat pour qu'il corresponde à vos revenus actuels, car les assureurs en vérifient l'authenticité en cas d'arrêt de travail. Si vous débutez en tant que dentiste libéral, consultez votre comptable pour estimer votre BNC annuel (ou alors faites une estimation par vous-même)

L’option frais généraux

L'option couvrant les frais généraux s'avère essentielle pour les dentistes. En effet, bien que la garantie de maintien de salaire protège vos revenus, elle ne prend pas en charge les dépenses fixes telles que le loyer ou les charges sociales. Si vous êtes dans l'incapacité de travailler, votre cabinet reste, néanmoins, soumis à ces coûts, incluant les cotisations sociales.

Lors d’un arrêt de travail, les indemnités de prévoyance viennent s’ajouter à votre BNC, ce qui peut engendrer des coûts additionnels. Ainsi, il est conseillé de couvrir 35% de vos revenus pour ces frais, en sus des dépenses fixes.

La période de versement des indemnités relatives aux frais généraux varie selon l'assureur, pouvant s'étendre sur 1 à 2 ans.

Les périodes de franchise

La période de franchise définit le moment où débute l'indemnité en cas d'arrêt de travail, que ce soit pour les garanties de maintien de salaire ou les frais généraux.

Cette période diffère en fonction de la raison : accident ou hospitalisation (0, 3, 7 jours) et maladie (7, 15, 30 jours).

Les franchises plus courtes engendrent une hausse du coût du contrat.

La garantie en cas d’invalidité

La garantie d'invalidité octroie une rente en situation d'invalidité, qu'elle soit complète ou partielle. Cette garantie est primordiale car la CARCDSF ne protège que contre l'invalidité totale. Cette rente est versée jusqu'à l'âge de 62-67 ans.

Pour les dentistes, le barème professionnel est recommandé : il mesure l'incapacité en fonction de son effet sur votre aptitude à poursuivre votre métier.

Le seuil d'activation est le taux à partir duquel commence l’indemnisation. Habituellement, il est fixé à 16% pour les dentistes. Avec une incapacité dépassant 66%, vous touchez 100% de la rente. Entre 16% et 66%, l'indemnisation est proportionnelle, et la formule peut différer selon les assureurs.

La garantie capital décès

Les compagnies d'assurance fixent le montant en cas de décès en se basant sur votre revenu annuel, le plus souvent entre 3 et 5 fois vos revenus annuels. Certains assureurs imposent un montant minimal, mais il est toujours envisageable d’augmenter cette somme.

Il est aussi possible d’ajouter une rente conjoint ou une rente éducation.

Les périodes d'attente

La période d'attente signifie l'intervalle entre la souscription de l'assurance et le démarrage de la couverture. Elle est généralement de 3 mois pour les maladies, mais inexistante pour les accidents et hospitalisations. Elle a pour but de dissuader les souscriptions opportunistes. Pour des soucis de dos ou des problèmes psychologiques, certains assureurs peuvent étendre cette période, toutefois une option permet parfois de la supprimer.

Quels pièges peut-on rencontrer dans la prévoyance pour dentistes ?

Les déconvenues liées aux prévoyances découlent fréquemment de quiproquos. D'où l'utilité d'un courtier pour éclaircir les propositions.

Restez attentif aux sports à risque : certaines sont exclues ou possèdent des limites d'indemnisation, comme chez SwissLife qui plafonne à 1M€.

De surcroît, il arrive que des assureurs conditionnent les indemnisations relatives à des affections psychologiques ou dorsales à une hospitalisation s'étalant sur 24-48h. Des options permettent de contourner cette contrainte.

Prévoyance pour dentiste : forfaitaire versus indemnitaire

La législation empêche de percevoir un gain supérieur en situation d'arrêt de travail que lorsqu'on est en activité. L'option indemnitaire compense en fonction du BNC réel de l'année antérieure; si le BNC réel décroît, le dédommagement suit cette baisse. L'option forfaitaire compense en se basant sur le contrat sans contrôler constamment le BNC réel. Néanmoins, une vérification peut survenir si le BNC réel est inférieur de plus de 30% par rapport au contrat, rectifiant ainsi le dédommagement.

Opter pour le forfaitaire est plus onéreux, et je recommande l'option indemnitaire si vous anticipez une hausse de vos revenus prochains.

La sélection médicale

L'adhésion à une prévoyance s'avère complexe pour les dentistes ayant des revenus élevés. Devant des antécédents médicaux, les compagnies d'assurance sont strictes, rendant ardue l'adhésion en cas de complications majeures, ou occasionnant des majorations tarifaires pour des complications légères.

Il est recommandé d'adhérer quand vous êtes en pleine forme. Si aucune complication de santé n'est signalée, l'inscription est facile et rapide.

Néanmoins, pour des montants assurés conséquents ou selon l'âge, des examens médicaux peuvent être exigées (payés par l'assureur).

Si vous désirez ajuster vos couvertures au bout de quelques années, il sera nécessaire de repasser l'examen médical.

Loi Madelin et prévoyance dentiste

Les dentistes libéraux peuvent réduire le coût réel de leur prévoyance grâce à la loi Madelin en déduisant les cotisations de leurs charges. Toutefois, les cotisations liées au capital décès ne sont pas éligibles, sauf si le capital est versé en rente imposable. Si les cotisations sont déduites grâce à la loi Madelin, les indemnités s'ajoutent au BNC, engendrant des charges sociales. Certains dentistes choisissent donc de ne pas utiliser cet avantage pour éviter ces charges supplémentaires sur les indemnités.

Quels sont les meilleurs contrats pour les dentistes ?

Pour les dentistes nous recommandons le plus souvent la prévoyance de SwissLife pour son prix attractif (sauf pour les jeunes femmes car ce contrat couvre mal la grossesse pathologique). Le contrat Abeille Senseo est celui que nous distribuons le plus souvent car il présente un bon rapport garanties prix. Enfin, la prévoyance d'Alptis est une bonne alternative si vous voulez un contrat dont les cotisations n'augmentent pas avec l'âge. La prévoyance d'Unim est aussi intéressante même si le contrat est difficile à comprendre car complexe.

Les contrats à éviter absolument sont les suivants, vous pouvez avoir plus de détails en cliquant sur les liens pour chaque article :

Nos autres tests :

  • April Pro Prémium Prévoyance est l’un des produits phares du marché
  • Entoria est un courtier grossiste spécialiste des produits de prévoyance pour les indépendants et les petites entreprises. Le contrat Entoria Prévoyance TNS est un produit solide sur le marché offrant une modularité intéressante mais qui est réputé assez cher.
  • AG2R, un acteur de référence sur le marché de l’assurance, a construit un produit appelé AG2R Prévoyance TNS avec de nombreux points faibles mais avec un prix attractif.

Nos autres guides pour les professions libérales

Vos questions, nos réponses

Vous hésitez encore ? Voici quelques compléments d’informations sur les questions que l’on nous pose le plus souvent !

Comment bien choisir son assurance prévoyance ?

En tant que dentiste une prévoyance est indispensable car vous n’êtes pas bien couvert par la Sécurité Sociale et la CARCDSF en cas d’aléas de la vie. La prévoyance comprend plusieurs garanties permettant de vous protéger en cas d’arrêt de travail, d’invalidité ou de décès. Mais ce n’est pas si simple de trouver un contrat adapté à ses besoins et sans mauvaise surprise.

Pas d’inquiétude Gus est là pour vous accompagner.

Je souhaite me faire accompagner d’un expert

Conseils prévoyance pour les dentistes